ACCÈS DIRECT au DOMAINE : AVIATION - GC III/6 (3/6)

Cliquez sur le bandeau ci-dessus

 

 

Capitaine Roger Paul DEMOULIN

Pilote aux GROUPES de CHASSE :

GC 1/6 – GC 3/9 - GC 2/6 – GC 1/4

Commandant de la 6ème Escadrille

du GROUPE DE CHASSE

GC 3/6 ROUSSILLON

(1917 – 1944)

 

 

Janvier 1940 – CIC de CHARTRES en stage de tir à Montpellier

 

Page réalisée par Philippe MENNEGLIER

et placée en complément du

Site Internet de François-Xavier BIBERT

dont une partie est consacrée au

Groupe de chasse III/6

 

 

Après le décès de mon père j'ai retrouvé de nombreux documents qu'il avait collecté sur « Démoulin" » (comme il l'appelait). Il s'était lié d'amitié avec lui lors du passage au CIC de Chartres au début de la guerre et avait continué à entretenir des liens après l'armistice. Mon père avait été très affecté par sa disparition. Il nous avait souvent parlé de lui. Je pense que ça lui ferait plaisir de voir que Démoulin n'est pas oublié.

On peut revivre à travers ces quelques documents les frustrations et les exploits de ce jeune pilote. De l'impatience pendant la "drôle de guerre" jusqu'à l'abattement et la désillusion après l'armistice.

On ne peut qu'être ému par la joyeuse désinvolture, l'humour, la bonne humeur et la modestie qui transparaît à travers les dessins et les écrits qu'il a laissés.

Philippe Menneglier          

mars 2014          

 

 

Roger Paul DEMOULIN

Il est né le 09/11/1917 à Paris.

Ayant réussi les concours de Ecole Navale et de l'Ecole de l'Air, il choisit l'Ecole de l'Air en septembre 1937 et intègre la promotion Mézergues à Salon de Provence.

Il suit les formations de perfectionnement au pilotage à Romilly puis à Etampes avant d’intégrer de C.I.C. (Centre d’Instruction à la Chasse) de Chartres en octobre 1939.

Nommé sous-lieutenant, il est affecté au GC I/6 qui se trouve à Chissey sur Loue en mars 1940 et vole sur Morane Saulnier MS 406.

Le GC I/6 participe ensuite à la bataille de France en étant stationné à Berck, Marignane, Lognes-Emerainville, Connantre... avant de se replier par étape vers le sud jusqu’à Salon de Provence.

Le 17/4/1940, Démoulin obtient une victoire homologuée en collaboration avec le commandant Tricaud et le capitaine Bruneau sur un Junkers 52.

Suite à l'armistice, le Groupe est dissous en août 1940, ayant enregistré 23 victoires officielles et perdu 12 pilotes.

En octobre 1940 les restes du GC I/6 sont fondus dans le GC III/9, équipé de Bloch 152, basé à Salon de Provence.

En janvier 1942, le GC II/6 se reforme à Toulouse en étant équipé de Dewoitine D.520. Démoulin est affecté à la 2ème escadrille. Le Groupe est envoyé à Thiès en A.O.F. (Dakar) en avril 1942.

Après le débarquement allié de novembre 1942 sur l’Afrique du Nord, le Groupe est dissous. En janvier 1943, Démoulin est affecté à la 2ème escadrille du GC I/4 équipé de D.520 puis de Bell P-39 « Airacobra » à partir de juillet 1943.

Démoulin prend le commandement de la 2ème escadrille du GC III/6 « Roussillon » en janvier 1944, équipé de P-39. Après le débarquement allié de Provence d’août 1944, le Groupe est envoyé en métropole début septembre pour participer, après avoir été formé au bombardement en piqué, à la libération du sud de la France et de l’Italie du Nord.

Le « Roussillon » stationne un mois à Salon de Provence avant d’opérer depuis l’aérodrome d’Istres - Le Tubé.

Le Capitaine Démoulin disparaît aux commandes de son P-39, le 21 novembre 1944, lors de l'attaque du pont de Gaiola en Italie.

 

 

 

Hommage rendu au Capitaine DEMOULIN

après sa disparition du 21 novembre 1944

 

 

 

 

Lorsqu’au hasard de la vie, il nous échoit la rare chance de rencontrer « un Homme », il faut marquer ce jour d'une pierre blanche.

Nous n'y manquerons pas, en l'honneur du capitaine DEMOULIN, qui vient de disparaître au champ d'honneur comme il n'avait cessé de vivre, dans le simple et joyeux accomplissement du sacrifice quotidien.

Quelques jours auparavant, le sort lui avait renouvelé ses avertissements : un obus avait crevé son réservoir, et par miracle, l'appareil n’avait pas pris feu. Mais le capitaine DEMOULIN nous avait accoutumés aux miracles. Il avait de son rire frais et salubre, si simple, il avait négligé cette menace, comme il avait négligé toutes les autres depuis cinq ans. Il nous semblait alors que ce rire conjurerait éternellement le hasard par sa simple vertu de négligence...

Mais le 21 novembre, le sort qu'il avait si souvent forcé se lassa. Alors que pour la seizième fois il se jetait avec sa belle insouciance à travers les mailles serrées d'un rideau de D.C.A., son appareil tituba, privé de l'âme qui l'habitait, et un petit nuage de poussière et de fumée marqua sur les champs d'Italie la place ou le Capitaine DEMOULIN venait de rencontrer son destin.

L'Aviation Française peut pleurer : le Capitaine DEMOULIN portait en lui toutes les plus belles qualités de notre race. Son intelligence lumineuse lui avait valu d'être admis à la fois à l'Ecole Navale et à l'Ecole de l'Air. Il aimait l’Aviation d'amour : il l'élut et se voua a elle entièrement, lui fit le don total et désintéressé de lui-même.

A l'école, ses amis adorèrent aussitôt en ce gentil garçon prompt à rire et à chanter, la netteté du visage et du caractère, la clarté du regard et la brillante insouciance. Fantaisiste mais sérieux, naïf, modeste mais efficace, il savait allier â une vertu joyeuse, une inépuisable allégresse.

La guerre le saisit avant qu'il n'eut le temps de vivre, puisqu'il sortit de l'école le 8 juin 1939, et que depuis ce jour il ne devait connaître de la vie que les fatigues et les joies ardentes des camaraderies de combat, les bruits de moteur autour des tentes, dans tous les coins du monde où des Français se battaient.

Hâtivement, il se forme au C.I.C. de Chartres, et le 19 mars 1940 il rejoint le GC 1/6. Et c’est la parade épique et désespérée de l'Aviation Française, menée sur les vieux Morane essoufflés, les missions obscures et meurtrières des attaques de chars, que la gloire ne retient pas. Cependant sa Croix de Guerre s’est bien vite ornée de deux palmes et un clou. Ses compagnons tombent autour de lui, mais il semble que son insouciance extraordinaire et sa bonne humeur le protègent. Il avait « fait » le Groupe, l’avait marqué de sa personnalité, et ce tout jeune Lieutenant fut admis à l'honneur de conduire son escadrille au combat.

L’Armistice surprit un Groupe si anémié et clairsemé, qu’il dût se fondre avec les restes du 3/9, et la grande misère de l'Aviation Française commença.

Un Groupe, le 2/6 se forme pour aller en A.O.F., et la capitaine DEMOULIN est naturellement volontaire. Au cours d’une longue attente et dure attente, sous un climat terriblement démoralisant, il dispense à tous cette foi tranquille et cette légèreté maîtresse qui ont raison de tous les découragements...

Ne nous étonnons pas de le retrouver, l'un des tous premiers, sur les premiers avions Américains. Il s’entraîne ferme à Médina. Le 2/6 dissous, il est affecté au 1/4 qui rentre en lice. Vingt-sept missions de guerre à La Sebala, vingt-six missions de guerre à La Reghaïa, le voici commandant de la 2ème Escadrille du GC 3/6, où il exécute de mars a décembre quarante-trois missions de guerre....

Mais cette guerre de côtes, toute dangereuse et ingrate qu'elle fut ne lui suffit pas. Il piaffe, jusqu'au jour merveilleux entre tous du retour en la douce France, où la lutte allait reprendre son caractère acharné, et où le capitaine DEMOULIN devait terminer, à la seizième mission, à vingt-six ans, son étincelante carrière.

C’était un homme de France simple et gai, droitement allant, de vertu joyeuse et d’esprit clair et profond, de ceux dont l'exemple réconforterait ceux qui douteraient de nos vertus.

Mais aux innombrables amis qu’il comptait, sa disparition semble impossible. On l’a vu tomber, on ne l’a pas vu mourir. Il est de ceux qui forcent l'espoir, et les miracles sont si fréquents chez nous que personne ne s’étonnerait si quelque jour il nous revenait pour nous conter à sa manière, une de ces savoureuses histoires dont il avait le secret.

 

Allocution prononcée par le lieutenant LABAS, après la cérémonie religieuse à la mémoire de Roger DEMOULIN

GC III/6 « Roussillon » - Istres 11/1944

 

 

 

 

 

 

Extraits des mémoires de Jean MENNEGLIER

 

 

Démoulin était un camarade très original qui avait un don du dessin humoristique remarquable. Il faisait des dessins à la Dubout dans lesquels les personnages grouillaient. Il avait été reçu à Navale mais avait préféré le Pièg’ (Ecole de l’Air). Il faisait partie de ceux qu'on appelait les « Air Inté ». C'était un fana de musique et j'aurai l'occasion de reparler de lui. Nous sympathisions mais malheureusement la guerre nous sépara et il fut descendu en Italie par la flak. Ce fut un de ceux dont la perte me fut cruelle.

A notre arrivée à Etampes le terrain était plein d'avions : les nôtres et tous les petits avions civils qui avaient été réquisitionnés avec leurs pilotes. Il y avait une foule de réservistes. Parmi eux était l'acteur de cinéma Noël-Noël (Ademaï) qui était réserviste de l'Air. Nous eûmes le plaisir de le voir de près lors d'un arrosage auquel nous l'avions convié.

Il y eut aussi la première alerte. Les sirènes se mirent à mugir dans la nuit mais rien ne se passa. Cela inspira un pastiche du songe d'Athalie à Démoulin qu'il écrivit et illustra à la manière de Dubout sur le « Journal de Marche » de l'escadrille:

                            C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit

                            Ma propriétaire devant moi s’est montrée,

                            D’un méga masque a gaz pompeusement parée,

                            Même elle avait gardé la capsule vitrée

                            Dont elle avait pris soin d’assurer le vissage

                            Pour empêcher des gaz l’irréparable outrage.

                             « Tremble m’a-elle dit, y’a du pet sous mon toi !

                             Prends garde de tomber sous leurs coups redoutables

                             Mon fils ! » Et en disant ces mots épouvantables

                             Sa trompe vers moi a paru se pencher

                             Et je tendais les bras pour mieux la repousser,

                             Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange

                             De flasque caoutchouc et de métal étrange...

                             .........................................................................  (Un vers m'a échappé)

                             Que ses cheveux semblaient se disputer entre eux.

Et il avait fait des renvois à propos de « Nazis » : vient de nase (nez). Se dit de quelqu'un qu'on a dans le nez. Et pour « "Caoutchouc » : du sanscrit Kotcho, désigne une matière servant à faire des objets à la gomme....

 

 

 

 

Ecole de l’Air

Promotion Mézergues

1937 – 1939

 

Ecole de l’Air Versailles – 22.4.1939 – Division des Officiers de l’Air – 1er Groupement

Officiers instructeurs et Aspirants de la promotion « Mézergues » 1937-1939

 

Aspirant Roger DEMOULIN

 

 

Caricatures des cadres de l'Ecole de l'Air dessinées par DEMOULIN et JEANDEL

 

 

 

 

 

 

C.I.C. de Chartres

Octobre 1939 - Février 1940

 

Lire : Au C.I.C. de Chartres – Mémoires de Jean MENNEGLIER

 

DEMOULIN aux commandes d’un MS.406 à Chartres

DEMOULIN et GILBERT en promenade à Sète

DEMOULIN devant un MS.406 à Chartres

PORODO, FOUCHIER, ROCHAS, D’AVOUT D'AUERSTEDT,

DEMOULIN, PATURLE sur le terrain de Montpellier

ROCHAS, DEMOULIN, MADON, AUDEBERT

sur le terrain de Montpellier

Lt X, DEMOULIN, DUBOUCHER, MENNEGLIER, FEUILLERAT

sur le terrain de Montpellier

 

 

 

 

GC I/6 – Chissey sur Loue

Mars 1940 – Mai 1940

Site de Raymond CIMA - Fils d’un mécanicien du GC I/6 – Chissey sur Loue

 

Extraits du « Journal de Marche » du GC I/6 illustré par DEMOULIN

Seules quelques pages illustrées figurent ici – Le « Journal de Marche » complet peut être consulté au SHD.

 

 

 

 

 

 

 

GC I/6 – De Berck à Salon de Provence

Mai 1940 – Juin 1940

Site de Raymond CIMA – Fils d’un mécanicien du GC I/ - Berck

 

Quelques courriers de Roger DEMOULIN à Jean MENNEGLIER et suite du « Journal de Marche »

 

NOTA : ces courriers rares sont particulièrement intéressants, parce que normalement la censure interdisait de citer des noms de personnes, de lieux, des actions de guerre et tout ce qui pouvait donner des indications négatives sur le matériel, sur les combats en cours et le moral des combattants. Ces quelques lettres permettent de mieux comprendre ce que fut l’ambiance des mois douloureux de la Campagne de France et la condition de « l’Armée de L’Air de l’Armistice » en 1941 et 1942, particulièrement au moment de la triste campagne du Levant contre les britanniques et la France Libre en mai-juin 1941...

François-Xavier Bibert

 

Jean MENNEGLIER vient de quitter Wez-Thuisy et de faire mouvement sur Chissey-sur-Loue avec le GC III/6

qui prend la suite du GC I/6 de Roger DEMOULIN, transféré à Berck puis à Marignane.

 

 

 

Samedi 15/05/40

Chers vieux,

J’ai bien l’impression, d’après ce que j’ai ouï dire, que vous avez pris notre place, et d’après ce qui s’est passé avant-hier et hier (attaque de la France par l’Allemagne) vous avez du être en bonne place pour dire bonjour au Fridolins.

Nous, malheureusement, dans ce groupe à la con, nous avons quitté les coins à gibier pour venir à l’extrême arrière nous ronger les poings.

Evidemment, il n’y a rien de spécial à raconter. Paturle va sans doute venir chez vous. Ce ne sera pas la plus belle affaire de sa vie.

J’ai retrouvé ici pendant quelques jours le nommé Duranthon qui a traversé la baille (la mer Méditerranée) en 406 (Morane Saulnier 406) vers la Tunisie.

Je n’ai aucune nouvelle des autres petits camarades et j’espère qu’ils se portent bien – sans se faire descendre trop souvent.

J’espère bientôt de tes nouvelles.

A toi bien amicalement.

Signé : Démoulin

Est-ce que les baraques HBF que nous avons montés vous conviennent ?

 

 

 

 

Le GC I/6 se trouve à Lognes-Emerainville, l’offensive allemande bat son plein.

 

 

 

 

Mardi

(28 mai 1940)

Chers vieux Men,

 

J’ai lu ta lettre avec plaisir et je vois que Chissey est pour vous ce qu’il a été pour nous. Fatigue relative, résultats médiocres.

Où nous sommes, changement de décors. Est-ce en bien ou en mal ? Tu sais, nous ne demandons qu’à bagarrer mais dans les conditions où nous sommes c’est très dur.

Nous nous promenons sur les secteurs de Arras – Douai – Péronne, tous les coins où çà barde le plus et où les Me 110 se rencontrent par patrouille de 20.

Inutile de te dire nos pertes. Heureusement on en voit revenir au bout de trois ou quatre jours sans qu’on ait eu de nouvelles entre temps. Notre patron (le commandant Tricaud) est revenu par Londres où il a été incarcéré 24 heures. Il avait bagarré contre trois Me 109 (le 21/05/1940) n’ayant plus d’armement et s’est fait descendre ; les taxis ont été corrects, ils ont tourné autour du pépin sans tirer.

Un autre descendu en Hitlérie (c'est-à-dire Douai) avec un parachute crevé (le 2O/05/1940), brûlé à la figure et au reins, est resté une demi-heure sur le carreau puis en unif. (uniforme) ses effets de vol sous le bras a repassé les lignes (si on peut appeler ça les lignes) en vélo et est venu s’échouer à Paris. C’est le s/lt. Duchêne (Duchêne-Marulaz).

Paturle à sa première mission (le 18/05/1940) de guerre a eu un éclat de DCA dans le bras qui lui a enlevé le gras de l’épaule droite, mais a fait les 100 km nécessaires pour rentrer au terrain. A l’hôpital deux jours après, voyant 3 trous dans son pantalon, s’est fait passer à la radio et s’est aperçu qu’il avait trois pelots dans les fesses. Il est actuellement en perm.

La DCA boche est terrible et nous y laissons des plumes et nous sommes trop gonflés pour notre matériel. En patrouille simple avec le cne Bruneau (le 18/05/1840) nous errions à 30 km. des boches : attaque d’un Do 17 – touché - capitaine Bruneau touché – perd de l’altitude. Nous suivons à 800 m. – barrage de DCA et de défense de terrain formidable – des obus incendiaire dans tous les coins.

Le capitaine descendu en flamme a piqué sur une batterie et l’a mitraillé jusqu’au bout.

Je suis rentré en rase poil (rase-mote), j’ai passé le front à 20 m. d’altitude sans voir quoi que ce soit qui puisse le déceler... et n’ayant plus un poil de sec. Evidemment, taxi criblé d’éclat.

Dans toutes les missions il y en a qui reste en panne, qu’on revoit, ou qu’on ne revoit pas.

Je suis second d’escadrille et même quelques fois chef de patrouille dans la couverture du terrain quand on en fait.

La première escadrille est commandée par Raphenne qui a deux Fridolins à son actif et qui s’est fait prendre une fois à partie par six Me 110 et il était seul dans la nature. Il s’en est sorti.

Aujourd’hui mauvais temps béni, ça fait un jour de repos en perspective.

J’ai été à l’Etape à Paris où dans le fameux cahier on recueille des renseignements très complets sur la majorité des camarades (même du bombing ou des GAO). C’est maintenant un cahier qui dépasse le cadre de la promo et s’étend au moins au CIC de Chartres. Flandi (Groupe GC I/87) et Rupied (Groupe GC III/7) ont été descendus. Gouachon (Groupe GC I/8) coiffé par 4 Me 109 en Bloch 152 en a descendu un et s’est barré.

J’au vu Scotte qui avait une balle dans le bras, etc... et le patron paye le pot aux gens de passage – Goupy (Groupe GC I/5) une dans la cuisse.

Actuellement RAS.

Amitiés les plus sincères.

Signé : Démoulin

J’ai perdu ta lettre et mon carnet d’adresses aussi je t’envoie le laïus par BCM.

 

 

 

 

« Journal de Marche » du GC I/6 écrit et illustré par Démoulin : repli vers le sud de la France

Seules quelques pages illustrées figurent ici – Le « Journal de Marche » complet peut être consulté au SHD.

 

 

 

 

 

 

Le GC I/6 a terminé son repli chaotique vers le sud à Salon de Provence le 23 juin 1940 – Les armistices avec l’Allemagne et l’Italie ont été signés...

Roger Démoulin est toujours en France à Salon de Provence avec les débris du GC I/6 tandis que

Jean Menneglier est à Alger avec le GC III/6 qui a été bien rééquipé en Dewoitine D.520 avant sa traversée de la méditerranée et l’armistice.

 

 

 

Samedi 15/7/40

Mes vieux copains,

Ta carte du 8 juin, vieux Men, je l’ai reçu le 28 juin, et comme je suis flemmard tu attendras bien le 14 juillet pour avoir de mes nouvelles. J’aurais tant de choses à te dire, sur le Groupe, sur les copains du Pièg’ (Ecole de l’Air) que ce format ne peut qu’en contenir le quart.

Le I/6 termine la bagarre à Salon camouflé dans la ligne de peupliers qui se trouvent près de Lançon. IL termine avec 8 pilotes et le même nombre de taxis usés jusqu’à la corde et troués comme des passoires. Ma pomme étant commandant de la 1ère escadrille, la seule qui reste, faite avec les débris des deux précédentes.

Paturle tué en attaque de chars le 5 juin. De Saint-Mars le même jour au même travail. Marconnet venu en renfort avec une escadrille du II/3 (commandée par Labit) le 6 juin au même travail. Raphenne tué à Romans (Isère) le 24 juin à 20 h. en attaque de colonne motorisée et votre serviteur se sortant de cette ultime bagarre tout étonné d’être encore indemne. Kulhanek et les tchèques évacués dans un endroit que je ne nommerais pas (l’Angleterre).

Bref, en un mois , 53 avions usés, 27 pilotes descendus dont 17 morts ou disparus et 5 blessés.

C’est vous dire qu’on a sérieusement trinqué. Mais avec leurs attaque de chars nous avons largué 7 pilotes en 3 jours.

Comme autres nouvelles : ai vu Du Boucher, Pelletier et Sagon à Marignane, Sagon décollant comme un fou à l’alerte sur Marseille empaille un Morane, le détruit complètement et se retrouve sur le ventre. Ai vu deux fois Jhonny (?), Coudé (?), Flac (?), Brachet en bonne forme sur 210.

Maintenant et malheureusement les types qui ont trinqué. Lataille (Lataille-Trétinville +06/06/1940), Pomier (Pomier-Layrargues,+06/06/1940), Batut (+17/05/1940), Flandi (+11/05/1940), Scotte (+3 juin 1940), Gilbert (en captivité en fait), morts. Mousset la figure défoncée dans le collimateur. Jeandet gravement blessé à l’œil. Emery (+ 05/01/1940), Maherhoffer (+25/05/1940) morts ou disparus ? Fournier (+11/05/1940) disparu. C’est tout ce que je sais.

Je vous envoie cette bafouille à tout hasard à votre secteur postal. Moi mon adresse est GC I/6 – Base Aérienne Salon de Provence etc...

J’oublié le Pitchoun (Decastello +03/06/1940)) qui s’est tué en faisant un tonneau lent à basse altitude. Vous êtes sans doute aussi à l’attaque de Toulon qui nous a valu pas mal d’heures d’alerte (après Mers el Kébir, on craint que la marine britannique attaque la flotte française à Toulon).

Amitiés.

Signé : Démoulin

 

 

 

 

GC III/9

Septembre 1940 - Janvier 1942

 

Extraits du « Journal de Marche » du GC III/9 écrit et illustré par Roger DEMOULIN

Seules quelques pages illustrées figurent ici – Le « Journal de Marche » complet peut être consulté au SHD

 

Le GC III/9 à Salon de Provence est maintenant équipé de Bloch 152, peu apprécié des pilotes, et baptisé « La synagogue » - Les vols sont très rares...

 

 

 

 

 

 

Extraits des mémoires de Jean MENNEGLIER, démobilisé en Algérie en novembre 1940,

et qui se trouve au groupement « Jeunesse et Montagne » de Chaillol près de Gap.

 

J'étais toujours resté en correspondance avec Démoulin qui m'écrivit un jour pour me demander s'il pouvait venir faire un séjour avec nous pour faire du ski. Accord lui fut donné par le chef de centre et je le vis arriver, sans doute à pied depuis St Bonnet où s'arrêtait le car venant de Gap. Je ne me souviens plus de la durée de son séjour. Probablement une quinzaine de jour. Pendant qu'il était là il y eut de fortes chutes de neige avec tempête. Le col Bayard fut bouché par d'énormes congères. Démoulin partit à ski pour rejoindre Gap et je reçus une lettre de lui me disant qu'il en avait bavé pour y arriver. Ce fut la dernière fois que je le vis. Il partit en Afrique et je changeai d'adresse sans avoir la sienne.

 

 

 

(11 décembre 1940)

Cher vieux Men,

Nous venons de recevoir ton fils (élève de l’Ecole de l’air de la promotion 1938, « bleu » de Jean Menneglier, non identifié) mais nous ne pouvons pas l’employer maintenant en raison du manque de moyen de transformation.

D’après ce que tu me dis, je préférerais encore faire ce métier qu’être « bâsier » ou « garde mite ». Car je suis de la classe « B » et si le Groupe disparaît, c’est ce qui me pend au nez. Comment est le BB, il est toujours aussi em..., je suppose. Néanmoins Je crois qu’il doit être assez sympa dans les circonstances dans lesquelles vous vous trouvez.

Je vais prendre une perm de 20 jours à partir du 26 décembre. Ne pourrais-je pas te rendre une visite de quelques jours ? Ecris moi si c’est possible.

Nous venons ce matin de faire une manœuvre avec la marine, Strasbourg (Navire de ligne de 26 000 t., mis en service en 1939, sabordé en 1942) en tête, etc... On protégeait 12 Bloch, 12 Amiot 143. Vois d’ici la rigolade. Nous avons attaqué l’arsenal de la Seyne sans réaction adverse. C’était du gâteau. Survol de Marseille à 24 avions, démonstration au dessus de Salon, les pékins du rez-de-chaussée en ont eu certainement la tremblote.

Dans l’espoir d’avoir bientôt de tes nouvelles. Amitiés sincères.

Présentes mes respectueuses amitiés à De Chezelles. Ici en instance de départ il y a Le Boëdec, Michel (?), Marchelidon, Rossigneux, Baugnies de Saint-Marceau... Jean (?) est au sous-secteur de défense sud-est, Tariel est en A.O.F. (sur P-25 sans doute) dans l’escadrille de Barratoux (?) !!!

Signé Démoulin.

 

 

Roger DEMOULIN à Chaillol en février 1941

Chaillol en 1941

 

 

 

 

 

Juillet 1941

Courrier de Roger DEMOULIN à Jean MENNEGLIER

 

Roger Démoulin se trouve à Toulouse, en stage de formation sportif, avant de rejoindre son Groupe, le GC II/6, qui va être déplacé à Hyères.

Jean Menneglier est lui au groupe Jeunesse et Montagne qui se trouve au Col de la Porte en Savoie.

 

 

 

 

22 juillet 1941

Mon cher vieux Menneglier

Je t’ai laissé tomber depuis la réception de ta dernière lettre. D’une part j’espère que ma prose ne te trouvera plus au col de Porte puisque c’était là ton espoir, d’autre part j’espère qu’elle ne tombera pas dans le vide.

Je connais l’amertume qui a du s’emparer de toi lorsque tu as appris que le 3/6 était parti en Syrie. Cette déception, je l’ai éprouvé aussi, car sur le point de m’y rendre, j’ai été stoppé car mon Groupe devait se rendre à Alger pour remplacer le 3/6 et tout volontaire du 3/9 était débouté d’office.

Mousset, un peu plus veinard est parti, mais trop tard puisque je viens d’apprendre qu’il a été arrêté à Athènes et maintenant il doit être revenu.

C’est enfin une belle occasion de bagarrer qui a été manquée, mais l’espère bien qu’on en retrouvera une autre... bientôt.

Le rayon d’action des avions de chasse ne gêne plus les hautes sphères de l’aviation ? Ah non !

Le cas du Bloch est typique : deux consoles, une couverture de troupe, une caisse en dural, un raccord deux sangles et voila comment on met 150 kg d’essence dans la queue de la synagogue. Nous avons tous essayé ce petit système sur notre taxi personnel. Le résultat a été assez curieux, mais satisfaisant. D’abord cela n’a pas précisément augmenté les qualités manœuvrières du taxi. A nous la ligne droite dans la crainte de voir les sangles laisser échapper un bagage aussi dangereux ! Ensuite, ayant un explosif entre le convertisseur et l’émetteur, nous qui ne sommes pas fou, nous avons cessé le trafic radio.

Et ce qu’on n’avait pas prévu, ce réservoir étant en charge sur le principal, la capsule du manomètre sautait régulièrement et tu voyais un petit jet d’essence analogue à un jet d’eau de bassin à poisson agrémenter le panorama intérieur et transformer la cabine en piscine. Résultat pratique, 800 km à 1000 km. Selon les avions.

Inutile de te dire que lorsque tout a été au point, la mécanique ayant sué sang et eau pour réaliser la chose, les pilotes s’étant fait chier trois heures en  l’air pour déterminer le rayon d’action, il n’était plus question de transfert et tout a été démonté.

Quant aux Morane qui sont partis en Syrie, on leur a mis 1300 km. dans le ventre au moyen de 300 litres supplémentaires : deux réservoirs sous les plans.

Donc, au lieu de prendre le départ pour la Syrie j’ai illico presto pris la route opposée, laquelle route m’a conduit à Toulouse au Groupement Sportif de l’Armée de l’Air : stage d’Elève Moniteur d’Education Physique et d’Apprenti Officier des Sports. Qui commande ? Houppement (?) le sapeur et il se défend très bien. Qui sous commande ?l Jacques (?), maintenant capitaine.

Stage très sympathique mais crevant car on veut en deux mois nous faire ingurgiter un tas de notions, aussi bien dans les amphis que sur les stades. Il y a des compositions et des examens, et des compétitions. Vive le Sport ! D’ailleurs, nous nous forgeons une morale très bien que nous devrons à notre tour inculquer aux gorilles de l’Armée de l’Air lorsque nous les commanderons sur les stades des formations... quand il y en aura !

Le stage se termine début août...

Je ne retournerai pas à Salon mais à Hyères où se transporte le Groupe. Ça c’est sûr. C’est même peut-être déjà fait (en fait 1er août 19141). D’après les tuyaux qui me parviennent par lettre c’est formidable. Il n’y a pas de marins mais ils nous donnent leurs installations qui sont absolument solides. Piaules accompagnées de salle de bains, salles de jeux, fumoirs, etc... etc... et en plus la mer en bout du terrain.

Çà console un peu de n’avoir pas vu l’Afrique du Nord.

Depuis un mois, je suis Chef de patrouille, ayant passé avec succès les épreuves officiellement imposées par la première région. Je comprends que cela te rende un peu amer, mais si par hasard tu pouvais t’évader du mouvement et que tu essayais de te glisser dans un Groupe, tu aurais par moi les plus chaudes recommandations auprès du commandant Sarrault qui a succédé au commandant Tricaud parti commander le 2/5 à Casa (Casablanca).

A toutes fins utiles, je puis t’assurer, presque officiellement la reformation de 12 Groupes de Chasse. A toi de défendre ton bout de gras. Compte sur moi pour te tenir au courant de ce que je saurai de mon coté.

Que te dirais-je encore. Gilbert est rentré de captivité et est en traitement à l’hôpital de Montolivet à Marseille : 8 opérations du pied depuis l’année dernière ! Mais cela va bien et il espère reprendre du service (tué en SAC le 18/11/1942).

J’ai vu à Toulouse Aquilina, puis Carpopino, tous deux au 1/2 avec De Chezelles qui a déjà trouvé le moyen de se faire cordialement détester par tous et de faire une descente en pépin.

Et toi, que fais-tu ? Est-ce sympa ce col ? J’en doute un peu car tu avais l’air désabusé dans ta dernière lettre et je te comprends. Je serai très curieux de savoir ce que tu deviens et si nous pouvons nous rencontrer un jour. Viens passer quelques jours à Hyères quand j’y serai retourné ?

J’abandonne ici ma prose car il est question d’aller croûter et mon estomac réclame. Si tu savais comme il est difficile d’accorder une carte de ravitaillement et un estomac excité par une journée de sport.

Je dois avouer que ni moi, ni mes camarades n’avons trouvé encore la solution. Il est fort vraisemblable que nous la trouverons qu’au marché noir ? C’est ce que nous essayons de faire, bien petitement d’ailleurs. Au revoir cher ami ? Accepte mes amitiés sincères.

Signé : Démoulin

 

 

 

 

GC II/6 – GC I/4 - GC III/6 «ROUSSILON »

Maroc – Algérie - France

Février 1942 – Novembre 1944

 

Extraits des « Journaux de Marche »

Journal de marche du GC III/9 de septembre 1942 annonçant le départ de leur Illustrateur, Roger Démoulin

 

 

 

Essai de reconstitution le la carrière de Roger DEMOULIN par Jean MENNEGLIER

 

 

Groupe II/6 en A.O.F. avec Démoulin (2ème esc.)

2 escadrilles équipées de D.520 à Toulouse entre le 01/01/1942 et le 18/02/1942

Voyage à Thiès par Ajaccio, Alger, Oran, Rabat, Marrakech, Tindouf, Fort-Trinquet.

Atar – Thiès entre le 19/02/1942 et le 06/04/1942

Séjour à Thiès fin mars – 11 mai 1942

Saint-Louis : 12 mai – 24 juin – Interception d’un Lockheed Hudson britannique sans résultat.

Thiès : 25 juin – 31 décembre – 16 octobre : mort du lt Audebert : décrochage en virage

Dissolution du Groupe le 1er janvier 1943

Affecté au 01/01/1943 à la 3ème esc. du GC I/4 – (Capitaine Michel avec lieutenant Sagon)

16 – 19 avril : Thiès, Meknès

19 mai : Démoulin fait Ouakam – Atar mais revient à Ouakam (train ne rentre pas)

22 juin : Sagon se tue en exercice de voltige sur P-39 à Meknès

Médiouna : 16 – 31 juillet 1943 – La SPA 124 est dissoute.

 

 

 

 

 

1944

Roger DEMOULIN au GC III/6

 

Roger DEMOULIN devant son P-39 du GCIII/6 portant

le célèbre masque « Comédie » ou « Rieur » de la 2ème escadrille

 

P-39 du GCIII/6 au sol

(Collection Raymond MACCIA)

P-39 du GCIII/6 en vol

(Collection Raymond MACCIA)

 

 

Les dernières page du « Journal de Marche » du GC III/6 « Roussillon » illustrées par Roger Démoulin

 

 

 

 

21 novembre 1944

Le capitaine DEMOULIN est tué.

A la tête de son escadrille qui attaque le pont de Gaiola en Italie, son P-39 est abattu par la flak.

 

Carte de situation de Gaiola

 

Image extraite de « google earth » donnant une idée de ce que le capitaine Démoulin a pu voir lors de son attaque sur le pont Gaiola.

 

 

 

 

Mise en page Philippe MENNEGLIER

François-Xavier BIBERT

2014

 

ADDENDUM I.

Quelques autres dessins en couleur de Roger Démoulin...

 

    

Le lâcher « Dewoitine » : la grande peur   -   Le Chef pilote au travail   -   La visite de la commission d’armistice

 

... et en noir et blanc !

 

    

 

 

 

ADDENDUM II.

Citations du Groupe de Chasse GC III/6 « Roussillon »

Origine inconnue

 

Citations du Groupe deChasse GC III/6