Les Hommes du Groupe de Chasse GC III/6

Le Dewoitine D.520

Page d’accueil du site de François Xavier Bibert

 

 

 

MORANE SAULNIER 406 (MS.406)

 

 

 

 Voir la liste des Morane Saulnier 406 utilisés par le GC III/6 en 39/40 

 

 

Morane Saulnier MS 406

 

Perpignan La Salanque - Manœuvres des GC II/6 et III/6 de la BA 122 de Chartres -  08/1939

MS n°162 (*) de la 4ème  escadrille du GC II/6

Photographie  Joseph BIBERT – Droits réservés

PIRATAGE INTERNET

Cette photo a un succès fou ! Depuis sa mise ligne en 2009 elle a du être volée une bonne vingtaine de fois pour être mise en ligne sur des sites qui ne fonctionnent que par le pillage systématique de documents prélevés sur le web, dans des livres ou des revues :     .Par ce lien, voir quelques sitesqui abusent de cette pratique !

 

Rôle

Avion de chasse

Constructeur

SNCAO

Premier vol

1935

Mise en service

1938

Date de retrait

 

Nombre construit

Environ 1090

Équipage

1 pilote

Motorisation

Moteur

Hispano Suiza 12Y-31, 12 cylindres en V

Puissance unitaire

860 ch

Dimensions

Envergure

10,65 m

Longueur

8,15 m

Hauteur

2,82 m

Surface alaire

17,1 m²

Masses

À vide

1 893 kg

Carburant

 

Avec armement

 

Maximale

2 720 kg

Performances (**)

Vitesse maximale

486 km/h

Vitesse de décrochage

 

Plafond

9 850 m

Vitesse ascensionnelle

11 m/s m/min

Distance franchissable

900 km

Charge alaire

 

Rapport poids/poussée

 

Armement

Interne

1 canon Hispano Suiza HS-9 ou HS-404 de 20mm

2 mitrailleuses MAC 34 de 7,5 mm dans la voilure

 

(*) Quelques jours après que cette photo ait été prise, cet appareil sera accidenté le 13 août 1939, lors du retour du GC II/6 vers Chartres, sur l’aérodrome de Limoges-Feytat, par le s/c Leniaud. Après réparation, il sera affecté au GC III/3 et finalement abattu pendant la campagne de France, le 24 juin 1940, à Demuin (Somme) ; sergent Békarian tué.

(**) Les performances indiquées ici sont celles de tous les documents officiels : même après la guerre la valeur de sa vitesse maximale (486 km/h) n’a jamais été remise en cause alors que la plupart des pilotes ayant volé sur cet appareil ont déclaré qu’elle était surévaluée. De plus, de nombreux documents d’époque archivés au SHAA (maintenant SHD), comparant techniquement les différents chasseurs de 1939/1940, font état d’une vitesse sensiblement inférieure. Il y a eu un véritable phénomène d’occultation sur ce sujet visant à protéger la réputation des concepteurs et décideurs de l’époque. On peut affirmer sans beaucoup se tromper que le MS 406 ne pouvait pas dépasser la vitesse maximale de 450 km/h et qu’il volait en croisière à environ 420 km/h. Celui qui était présenté en 1937 comme« le meilleur chasseur du monde », expression de la suffisance française toujours employée de nos jours à tort et à travers, ne l’était déjà pas puisque les « Hurricane » et « Spitfire » anglais volaient déjà respectivement depuis novembre 1935 et mai 1936, sans parler du Messerschmitt 109. Sans la vaillance des pilotes français l’histoire du MS 406 aux multiples handicaps aurait dans doute été racontée bien différemment...

 

Notice du canon Hispano Suiza HS 404

Morane Saulnier MS 406

 

Premier chasseur français dépassant les 400 km/h, le Morane Saulnier MS 406 fut le premier chasseur moderne à entrer en service dans les unités de l'Armée de l'air, et sans doute l'un des avions de combat français les plus connus de la Seconde Guerre mondiale. C’est aussi, avec le Potez 63, le seul appareil français construit à plus de 1000 exemplaires.

 

Conception

 

En mars 1934 le Service Technique Aéronautique (STAé) lança un programme de chasseurs monoplaces (C1) pour assurer le remplacement des Dewoitine D.500 et Loire 46. Deux projets furent retenus, le Bloch MB.150 et le Morane Saulnier MS 405. C'étaient des monoplans à aile basse cantilever, cabine fermée et train d’atterrissage classique escamotable, mais le Bloch devait recevoir un moteur en étoile Gnome & Rhône 14N de 900 ch et le Morane un Hispano Suiza en ligne.

 

Le Moteur - Canon Hispano Suiza du Morane Saulnier MS 406Logo Hispano SuizaLe MS 405 n°01 effectue son premier vol le 8 août 1935 piloté par le fameux Michel DÉTROYAT avec un moteur Hispano Suiza 12Y Grs de 860 ch. C’était un appareil à structure métallique mais dont le revêtement était en aluminium, contreplaqué, et toile pour la partie arrière du fuselage. Il était armé d’un canon de 20 mm dans l’axe du moteur et d’une mitrailleuse de 7,5 mm dans chaque aile, tirant hors du disque d’hélice. Le 20 janvier 1937 volait pour la première fois un second prototype, avec une voilure légèrement modifiée et équipé d’un moteur 12Ycrs. Cet appareil fut chronométré à 443 km/h. En juin 1937 le MS 405 n°01 participa au meeting aérien de Bruxelles-Evère, piloté par DÉTROYAT. Durant ce meeting il fut qualifié de « Meilleur chasseur du monde ». Sur la route du retour son pilote poussa ce prototype au-delà des 400 km/h.

 

La Vie Aérienne - Juillet 1936 - MS 405Par marché 274/7 le Ministère de l’Air commanda 16 appareils de présérie dès le 1er mars 1937. Ces appareils, tous livrés en 1937, permirent de tester différentes motorisations, des équipements et des modifications de structure. Le quatrième avion de présérie qui servit de modèle à la version de série MS 406. Il était équipé d’un moteur Hispano Suiza 12Y-31 de 860 ch doté d’un radiateur escamotable. Et c’est là que le bât blessait ; pour voler plein gaz il fallait abaisser le radiateur mais sa traînée réduisait les performances. S’il était remonté il fallait réduire les gaz pour éviter une surchauffe du moteur !

 

Les appareils n°12 et 13, sans radiateur semi rétractable mais avec un Hispano Suiza 12Y-31, furent rebaptisés MS 406H et livrés à la Suisse.

 

35 MS 405 supplémentaires furent commandés en avril 1937 par marché 327/7. Il y avait urgence à rénover l’aviation de chasse française et le marché 1959/8 signé le 12 janvier 1938 portait sur 905 avions dont la construction était répartie entre les SNCAO (fuselage), SNCAC (voilure) et SNCAM (empennage). Mais le MS 406 était un avion complexe à construire, qui demandait 16 000 heures de travail par appareil. Les premiers exemplaires n’entrèrent donc en service qu’en décembre 1938.

 

 

LE RENOUVELLEMENT DU MATÉRIEL AÉRIEN

Déclarations rassurantes de M, Guy La Chambre

Le rythme de nos fabrications va s'accroître sensiblement

 

PARIS, 16 juin. — M. Guy La Chambre a reçu au début de l'après-midi les représentants de la Presse accrédités au Ministère de l'Air.

 

Le ministre a évoqué de nouveau quelques-uns des problèmes posés par l'exécution du plan de modernisation de notre armée de l'air ; parlant notamment de la cadence mensuelle de sortie de nos appareils, M Guy La Chambre a rappelé qu'un délai que l'on peut évaluer à dix ou douze mois s'écoulait pour d'inéluctables raisons techniques en ce moment où la décision est prise de commander en série un prototype et celui où les premiers appareils de série sont livrés.

 

Lorsqu'en février dernier lut arrête le plan d'accroissement de notre armée de l’Air, il fut décidé que seuls des avions réalisant des performances au moins égales à celles des appareils étrangers seraient commandés. On estima qu'il serait inutile de gaspiller des crédits — nécessairement limites — à fabriquer des appareils qui auraient été démodés des leur mise en service. Cela étant; la cadence mensuelle de notre production ne pouvait augmenter brusquement.

 

Des appareils retenus par l'état-major, deux seulement, le Morane-406, appareil de chasse et le Polez-63, triplace de commandement à la chasse, dont il existe également une version biplace de bombardement de jour, étaient compris dans le plan précédent. M Guy La Chambre décida que le Morane-406 serait construit dans trois usines au lieu d'une et il augmenta considérablement la commande du Polez-63 Ces deux avions sont dés maintenant fabriqués en série.

 

Le ministre compte se rendre prochainement à Nantes pour assister aux premiers vols du Morane fabriqué en série dans les usines de la région. Une escadrille de Potez figurera dans le défilé aérien lors du séjour du roi George VI.

 

La situation était différente pour les autres appareils et notamment pour les bombardiers Amiot-370, version militaire de l'appareil avec lequel Rossi a récemment battu plusieurs records avec charge et Lioré 45 par exemple. Pour ces avions, dont la fabrication en série n'était nullement préparée, les premières sorties de série ne peuvent être attendues avant la fin de l'année.

 

L'exemple du Morane et celui du Potez ont toutefois montré, a affirmé le ministre, que les délais prévus avaient été respectés. On peut donc espérer que si aucun mécompte ne survient dans l'approvisionnement en matières premières ou la fabrication des machines-outils, le rythme de nos fabrications s'accroîtra sensiblement d'ici quelques mois et sera au printemps prochain pleinement satisfaisant.

 

C'est parce qu'un délai dans le démarrage ne pouvait être évité que M. Guy La Chambre a décidé de passer commande aux Etats-Unis de cent avions de chasse.

 

M Guy La Chambre a, en terminant, insisté sur la nécessité d'accroître les effectifs de notre armée de l'Air et d'entraîner nos pilotes à monter des appareils de plus en plus rapides.

 

Les effectifs ont été accrus par un décret-loi publié hier au Journal Officiel

 

 

Ecorché du Morane Saulnier MS 406

 

Morane Saulnier 406  Morane Saulnier 406

 

Présentation du Morane Saulnier 406 au salon de l’air de Paris en décembre 1938  - Dans la presse française et dans la presse anglaise

 

Morane Saulnier MS 406 - Chaîne de fabrication à Bouguenais

 

Chaînes de montage du Morane Saulnier 406 à Bouguenais en 1939

 

MS 406H

 

La Confédération helvétique achètera 2 MS 406H, combinant la cellule du MS 405 et la motorisation du MS 406 avec une instrumentation spécifique. Une licence de production fut achetée, le chasseur étant produit par la firme EKW sous la désignation D-3800, le moteur Hispano-Suiza 12Y-31 étant construit sous licence par Adolph SAURER AG. Les Suisses firent remplacer les mitrailleuses alimentées par tambour par des armes alimentées par bandes et l’hélice Chauvière à deux pas par une Esher-Wyss EW-V3 à pas variable. 8 appareils de présérie furent construits, suivis de 74 chasseurs de série, le dernier sortant d’usine en août 1940. 2 machines supplémentaires furent réalisées en 1942 à partir de pièces détachées, ce qui porte le nombre total construit à 84.

 

En 1943 ces appareils furent modifiés (radiateur, installation hydraulique, …) pour se rapprocher du standard D-3801. Finalement relégués aux missions d’entraînement, ces appareils restèrent pourtant en service jusqu’en 1954.

 

MS 410

 

Le MS 406 aurait du être remplacé en première ligne par le Dewoitine D.520. Mais le 10 mai 1940 dix Groupes de Chasse étaient encore équipés de Morane, ainsi que quelques patrouilles de DAT. C’est pourquoi en avril 1940 avait pris l’air une version améliorée du MS 406, le MS 410. Cet appareil se distinguait par un radiateur fixe, une voilure renforcée pour recevoir 4 mitrailleuses à bandes et un échappement à effet propulsif permettant de porter la vitesse maximale à 509 km/h. Il était prévu de modifier 621 MS 406 en MS 410, mais le programme ne put être mis en place avant l’Armistice et 5 appareils seulement furent achevés avant le 25 juin 1940. Le programme reprit cependant sous l’occupation au profit de l’Aviation de Vichy, 75 exemplaires étant probablement modifiés. Mais peu de MS 410 furent effectivement mis au standard : Certains conservèrent leur échappement d'origine, d'autres leur radiateur escamotable.

 

MS 411

 

Evolution du MS 410 répondant à une demande de la Suisse, équipé d’un moteur Hispano Suiza 12Y-45. Cet appareil était en cours de développement au moment de l’Armistice de 1940.

 

MS 412

 

C’est en Suisse, chez EKW, que fut réalisé le prototype de cette nouvelle version, à moteur Hispano Suiza 12Y-51 de 1 050 ch. La firme Saurer eut quelques difficultés avec la mise au point du moteur, mais le MS 412 fut finalement construit en série sous la désignation D-3801, 207 avions sortant des usines EKW, Dornier-Werke AG et SWS jusqu’en 1945. 17 monoplaces supplémentaires furent assemblés avec des pièces détachées en 1947/48, soit un total de 224 appareils. Utilisés pour l’entraînement avancé puis le remorquage de cibles, les derniers exemplaires furent ferraillés en 1959.

 

Mörkö Moraani

 

Le 4 février 1943 prit l’air un curieux MS 406 modifié en Finlande avec un moteur Klimov M-105P de 1100 ch entraînant une hélice VIsh-61P. Le moteur, un dérivé russe de l’Hispano Suiza 12Y, dont il avait donc les dimensions, avait été capturé en grande quantité par la Wehrmacht. Ce prototype était en outre équipé d'un canon MG 151/20 de 20 mm tirant à travers le moyeu d’hélice. Le montage d’un radiateur d’huile de Bf 109G rendait nécessaire de modifier le dessin du capot moteur et quelques renforts locaux de structure furent jugés opportuns. Il fut décidé de modifier tous les MS 406/410 en service, mais 3 appareils seulement avaient été convertis, prototype compris, avant la fin du conflit russo-finlandais en 1944. Au total 41 Mörkö Moraani furent convertis, mais le manque de canons allemands entraîna le remplacement du MG-151 par une mitrailleuse UBS de 12,7 mm. Ces avions restèrent en service jusqu’en septembre 1948, mais ne furent ferraillées que 4 ans plus tard.

 

Production

 

     MS 405 : 2 prototypes et 15 avions de présérie.

     MS 406 : Entre 1083 et 1094, dont 75 environ modifiés en MS 410.

     MS 406H : 2 prototypes construits par Morane Saulnier et 84 sous licence en Suisse comme D-3800.

     MS 412/D-3801 : 224 appareils.

 

 

 

Morane Saulnier MS 406 - Avions

 

 

« MS 406 » édité par «Les Ailes de Gloire »  Epuisé

 

 

« MS 406 » édité par « Avions »

L’ouvrage indispensable

 

 

 

Morane Saulnier 406

 

 

Engagements dans l'Armée de l'Air

 

La Drôle de guerre

 

Fin août 1939, au moment de la mobilisation, 572 MS 406 équipaient 12 Groupes de Chasse de l’Armée de l’Air :

     Métropole : GC I/2, II/2, III/2, I/3, II/3, III/3, II/6, III/6, II/7 et III/7.

     Afrique du Nord : GC I/6 et I/7.

 

Dès le début de la Drôle de guerre le ‘Meilleur chasseur du monde’ se montra dépassé : outre les problèmes de radiateur, les commandes de tir des mitrailleuses gelaient au dessus de 5 000 m et la vitesse du monoplace français était insuffisante pour rattraper les bimoteurs allemands de bombardement ou de reconnaissance. Mais les pilotes appréciaient leur monture, qui rivalisait face au Bf 109D tant par son excellente maniabilité que par l’entraînement très supérieur des pilotes français. Mais face au Bf 109E, apparu fin 1939, les pilotes français ne pouvaient plus compter que sur une chose : la capacité du MS 406 à encaisser les coups, et à revenir à la base après ‘en avoir pris plein du buffet’.

 

 

La Campagne de France

 

Le 10 mai 1940 on trouve les unités suivantes sur MS 406 :

·       GC III/1 à Norrent-Fontes: 30 avions (20 dispo). Après avoir totalisé 30 victoires pour 19 avions perdus (5 pilotes tués), ce groupe fut dissout le 12 août 1940.

·       GC I/2 à Toul-Ochey: 31 avions (27 dispo). Après avoir totalisé 25 victoires pour 12 avions perdus (5 pilotes tués), ce groupe fut dissout le 7 août 1940.

·       GC II/2 à Laon-Chambry, dissout le 10 août 1940 avec 17 victoires et 14 avions perdus (8 tués).

·       GC III/2 à Cambrai-Niergnies: 34 avions (28 dispo). Il a totalisé 22 victoires pour 20 avions perdus (3 pilotes tués) avant de passer sur Curtiss H-75 en juin 1940.

·       GC I/3 à Cannes-Mandelieu: 17 avions (14 dispo), en cours de conversion sur D.520.

·       GC II/3 au Luc: 25 avions (12 dispo), en cours de conversion sur D.520.

·       GC III/3 à Beauvais-Tillé: 28 avions (23 dispo), en cours de conversion sur D.520.

·       GC I/6 à Marseille-Marignane: 25 avions (12 dispo). Après avoir totalisé 14 victoires pour 20 avions perdus (11 pilotes tués), ce groupe fut dissout le 30 octobre 1940.

·       GC II/6 à Anglure-Vouarces: 34 avions (20 dispo). Il fut crédité de 8 victoires pour 12 avions perdus (3 tués) avant de passer sur D.520, tous ses MS 406 ayant été détruits au sol le 16 mai 1940.

·       GC III/6 à Chissey s-/Loue: 36 avions (30 dispo), en cours de conversion sur D.520.

·       GC I/7 à Rayack, Syrie: 26 avions.

·       GC II/7 à Luxeuil-Saint Sauveur: 35 avions (24 dispo), en cours de conversion sur D.520.

·       GC III/7 à Vitry-le-François: 34 avions (20 dispo). Il fut crédité de 15 victoires pour 24 avions perdus (7 tués) avant de passer sur D.520 fin juin 1940 :

Voir la représentation du MS 406 n°806 du capitaine BOUVARRE.

·       GC I/10 à Oran-La Senia: 29 avions.

·       ERC.574 à Sidi-Ahmed, Tunis: 11 avions.

 

Au cours de la Campagne de France, les MS 406 remportèrent 191 victoires confirmées, plus 89 qui ne purent être homologuées. Environ 150 appareils furent abattus par la DCA ou en combat aérien et 300 autres disparurent, abandonnés lors des replis ou détruits par les bombardements de la Luftwaffe

 

Morane Saulnier MS.406 - GC III/6   GC III/6

 

Un mécanicien de la 6ème escadrille du GC III/6 prépare l’appareil du sergent-chef Le Guennec

Wez Thuisy le 10 mars 1940

Photographie de la collection Joseph Bibert – Droits réservés

 

Morane SAulnier MS.406 - GC III/1   SPA 93 - GC III/1 - 6ème

 

Profil du MS.406 n°101 de la 6ème escadrille (SPA 93) du GC III/1

 

Morane Saulnier MS.406 - GC II/6   SPA 124 - GC II/6 4ème

 

Un des nombreux chasseurs Morane Saulnier406 posés endommagés et abandonnés devant l’avance allemande

Ici, l’appareil n°372 du sous-lieutenant Joseph Riss de la 4ème escadrille du GC II/6 (SPA 124) après un affrontement confus entre 6 MS.406 et 9 Messerschmitt BF 109.

Près de Namur - Fin de matinée du 13 juin 1940

 

Lire un précieux témoignage : le récit détaillé d’un vol d’entraînement sur MS 406

 

par Jean Menneglier qui était alors jeune sous-lieutenant sortant de l’Ecole de l’Air de Salon de Provence. Il poursuivait alors sa formation à la chasse au C.I.C. de Chartres depuis octobre 1939 avant d’être affecté en escadrille au GC III/6 début mars 1940. En janvier 1940 il a participé à un stage de tir à Montpellier et il raconte ici un de ses vols sur MS 406 au dessus de la Méditerranée.

 

 

MS 406 - CIC Chartres

 

 

Jean Menneglier

 

 

Morane Saulnier MS 406 du C.I.C. de Chartres

Hiver 1940

 

L’aspirant Jean Menneglier

élève à l’Ecole de l’Air de Salon de Provence de 1937 à 1939

 

S/lt Demoulin - CIC Chartres - MS 406

 

 

MS 406 - CIC Montpellier

 

 

Le sous-lieutenant Demoulin devant le MS 406 n°626 de la 2ème escadrille du premier groupe du C.I.C. de Chartres pendant l’hiver 1940.

L’insigne a été dessiné par Jean Menneglier

 

C.I.C. de Montpellier – Janvier 1940

Réglage des armes d’un MS 406 du C.I.C. de Chartres sur la bute de tir

 

Photographies de la collection Menneglier – Droits réservés

Voir la biographie de Roger DEMOULIN sur ce site

Voir les mémoires de Jean MENNEGLIER au C.I.C. de Chartres sur ce site

 

La défense de l'Empire

 

Le GC I/6 étant dissout le 30 octobre 1940, l’Armée de l’Air d’Armistice ne conserva en Métropole que 6 groupes de chasse monoplace sur Bloch MB.152 et en Afrique du Nord 6 groupes de chasse monoplace sur D.520 et Curtiss H-75. Le GC I/7 stationné à Rayack, Syrie, et l’EC 2/595 (9 avions) basée à Bach Maï, Tonkin, étaient les deux seules unités de première ligne utilisant des MS 406. Une petite partie des appareils disponibles après la dissolution des unités de Métropole permirent la création d'une escadrille à Madagascar, d'autres appareils étant également utilisé en école.

 

Durant l’incident de Lang Son (du 22 au 25 septembre 1940) un MS 406 fut gravement endommagé par des Ki-27 japonais alors qu’il escortait des Potez 25TOE et le Sgt Labussière abattit un bombardier japonais...victoire annulée officiellement pour éviter tout incident diplomatique majeur avec le Japon !

 

En septembre 1940 éclata la Guerre franco-thaïlandaise. Le 10 octobre 7 MS 406 sont envoyés à Tourane pour former une nouvelle escadrille de chasse, l’EC 2/596. La première mission de guerre a lieu le 23 novembre. Le 18 janvier 1941 l’Armée de l’Air en Indochine ne disposait plus que de 14 Morane. Les combats cessèrent le 28 janvier 1941, avec 4 victoires françaises pour 2 MS 406 détruits au sol par un bombardement. Les Morane Saulnier furent réformés en 1942 faute de rechanges.

 

Le 15 mai 1941 les Britanniques attaquèrent les terrains d'aviation du Levant. Les pilotes français donnèrent la chasse aux Gloster Gladiator et autres Fairey Fulmar de la RAF, mais surtout appuyèrent les forces terrestres jusqu'à la capitulation. Après ralliement aux Forces françaises libres, le GC I/7 fut dissout et remplacé le 15 septembre 1941 par le Groupe de Chasse 1 Alsace. Il disposait de 14 MS 406 (2 inutilisables) et 6 appareils divers. Toujours basé à Rayack, il assura la défense des côtes libanaises, jusqu'à remplacement des MS 406 à bout de souffle par des Hurricane Mk I en aussi mauvais état en janvier 1942.

 

Le 5 mai 1942 l’Escadrille 565 disposait à Tananarive-Ivato de 17 ou 18 MS 406, dont 11 disponibles, y compris un détachement permanent à Diégo Arrachart. Ils firent le coup-de-feu contre les troupes britanniques, puis sud-africaines. Ils ont donc été les derniers à participer à des opérations aériennes sous les cocardes françaises.

 

 

 

 

Utilisation dans autres armées de l'air

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale le MS 406 fut commandé et/ou utilisé aussi par les pays suivants :

 

·       Allemagne : La Luftwaffe, qui avait récupéré près de 200 MS 406 en France, les affecta aux écoles de chasse, mais en céda dès la fin 1940 une partie à la Finlande. 98 appareils supplémentaires furent saisis en Zone Libre en novembre 1942. Ils furent cette fois répartis entre la Finlande (2 appareils), la Croatie (44 appareils) et l’Italie (52 appareils).

·       Bulgarie : 20 avions.

·       République de Chine : 13 avions arrivés à Haiphong, non livrés aux Chinois mais intégrés à l'Armée de l'Air en Indochine.

·       Croatie : 48 MS 406 reçus des Allemands.

·       Italie : La Regia Aeronautica ne semble avoir utilisé que 25 des 52 MS 406 livrés par la Luftwaffe fin 1942.

·       Finlande : 50 MS 406 furent offerts à la Finlande durant la Guerre d’Hiver, mais seulement 30 livrés [MS-301/330]. Assemblés par des mécaniciens français chez AB Aerotransport à Malmö-Bulltofta, en Suède, ils furent convoyés en vol vers la Finlande entre les 4 et 29 février 1940. Armés de 3 mitrailleuses MAC-34, ils entrent immédiatement en action au sein de l’escadrille LLv 28 et le 17 février 1940 le 1.Lt T. Hyrkki abat un DB-3 sur le [MS-301]. Durant la Guerre d’Hiver le LLv 28 remporte 14 victoires sans la moindre perte.

 

Morane Saulnier 406 aux couleurs finlandaises

 

Belle maquette d’un MS 406 du LLv28 volant dans le sud-ouest de la Finlande (Immatriculation : MS 301 à 330)

Maquette de Claude Dalle sur le remarquable site « Maquette72 » de Alain Courouge

 

·       Lituanie : 12 commandés, non livrés à cause d'une annulation du contrat.

·       Pologne : 160 commandés, non livrés avant le début de la guerre.

·       Suisse : Ce pays neutre acheta les 2 MS 406H, avant de produire sous licence 84 D-3800 et 224 D-3801.

·       Turquie : 45 MS 406 furent commandés, et 30 livrés en février-mars 1940.

 

Escadrille turque - Morane Saulnier MS 406

 

Escadrille turque équipée de Morane Saulnier 406

 

·       Yougoslavie : 1 MS 406 (ex-croate) capturé par des partisans.

 

Les survivants

 

Trois appareils, des D-3801, sont aujourd'hui visibles:

 

·       Le [HB-RCF] (D-3801 n°194, ex J-143), basé à Bex, Suisse, seul et unique exemplaire en état de vol. Propriété d'Eric Chardonnens et de l'Association Morane Charlie Fox, il participe à de nombreux meetings aériens, repeint avec des couleurs rendant honneur à la chasse française.

 

Morane Saulnier MS 406 - Association Morane Charlie Fox

 

Voir la page consacrée à cet appareil sur le site « Swiss Aviation Photography »

Photos © Christophe Moduli

 

·       Le D-3801 n°15 (ex J-277) est exposé au Musée de l'Air du Bourget.

·       Le D-3801 n°66 (ex J-276) est exposé au Musée de l'Aviation suisse de Dübendorf.

 

 

 

 

 

 

LISTE des MORANE SAULNIER 406 du GC III/6

 

Par Lionel PERSYN et Alain COSTE

Liste établie spécialement pour cette page – Remerciements -Reproduction interdite

 

Arrivée

Esc.

Code

Départ

Divers

69

17/05/39

6

 

23/08/39

Laissé moteur grillé à Reims – A l‘ARAA le 04/12/39

71

15/05/39

5

9

05/10/39

S/lt SALAÜN accidenté le 07/06/39 à Chartres - RAS -  Reversé à l’E.A.A. 301

83

17/05/39

5

8

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

85

17/05/39

6

8 ?

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

134

20/10/39

EM

 

24/05/40

Détruit en combat aérien à Douai- Cdt Castanier mortellement blessé (+)

136

20/10/39

6-EM

 

15/06/40

Le 24/04/40 au Parc de Reims - Revient à l’EM le 25/05/40 - Reversé à Toulouse

143

20/10/39

5

10

11/05/40

S/c Mertzisen accidenté à Dijon sur panne moteur

161

05/39

6

 

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

163

02/05/39

5

7

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

164

04/05/39

6

 

27/08/39

Laissé à Chartres – Reversé à l’E.A.A. 301 en octobre 1939

166

05/39

5

3

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

168

05/39

5

6

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

169

05/39

6

4

30/09/39

Sgt Grosdemanche (blessé) accidenté à l’atterrissage à Bouillancy - Réformé

172

05/39

5

2

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

174

05/39

6

9 ?

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

175

05/39

6

 

10/10/39

S/L Steunou accidenté le 20/07/39, retour au groupe le 24/09/39. Reversé à l’E.A.A. 301

176

05/39

5

1

05/11/39

Reversé à l’E.A.A. 301

177

05/39

5

11

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

178

05/39

6

1

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

179

05/39

6

5 ?

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

180

05/39

5

10

27/08/39

Laissé à Chartres

181

05/39

5

5

05/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

183

05/39

6

6 ?

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

189

30/05/40

5

14

09/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

193

01/06/39

6

 

27/08/39

Laissé à Chartres

195

05/39

6

7 ?

10/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

217

05/39

5

4

13/08/39

Lt Legrand accidenté à Perpignan le 30/07/39 - Laissé moteur grillé à Perpignan ?

232

05/39

6

2 ?

23/09/39

Accidenté au sol à Chartres le 23/09/1939 - Reversé à l’E.A.A. 301

234

25/05/40

5

10

31/05/40

Endommagé lors du bombardement à Coulommiers - Abandonné à Coulommiers

235

30/11/39

 

 

?

Au GC II/7 le 25/03/40 - Jamais parvenu au groupe ?

237

05/39

5

12

20/05/39

Cne de Place accidenté - Reversé au Parc de Chartres

238

05/39

EM

 

26/09/39

Cne Chainat accidenté au décollage à Bouillancy - Reversé à l’ARAA

239

05/39

EM ?

 

20/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

273

10/10/39

6

 

15/06/40

Reversé à Toulouse

279

30/05/40

6

 

12/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

393

30/05/40

5

 

31/05/40

Venu du GC III/2 - Laissé à Coulommiers

412

07/10/39

5

14

11/05/40

Lt Martin touché en combat parachuté vers Auxonne

413

07/10/39

5

2

10/05/40

Adt Goujon touché en combat parachuté sur la forêt de Citeaux

430

29/09/39

6

 

07/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

434

07/10/39

5-6

5-30

15/06/40

De la 5ème à la 6ème escadrille le 15/04/40 - Reversé à Toulouse

444

23/05/40

5

5

31/05/40

Laissé à Coulommiers, moteur à changer

448

18/10/39

6

 

18/06/40

Laissé au Luc

457

29/09/39

5

13

20/04/40

Reversé à l’E.A.A. 301 le 05/10/39 - Retour au groupe le 10/10 - Accidenté ?

Reversé au Parc de Reims, perdu pour le groupe

458

10/10/39

6

1-21

25/05/40

S/lt Villemin blessé en combat posé vers Amblémy, appareil détruit

460

29/09/39

6

 

07/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

462

29/09/39

5

3

21/05/40

Reversé à l’E.A.A. 301 le 07/10/39 - Revient à la 5ème escadrille le /10/39

S/L Salaün blessé parachuté vers Cambrai

474

07/10/39

5

15

20/05/40

Laissé à Chissey ? - Versé à l’ARAA d’Aulnat

475

10/39

5

11

25/11/39

S/C Lamazou tué accidentellement à Mourmelon

477

30/05/40

5

10

15/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse ?

524

10/39

6

 

25/05/40

Sgt Maigret tué en combat à Travecy

547

07/10/39

5

8

21/05/40

Adj Goujon touché, posé à Romescamps, puis laissé à Villacoublay

558

10/39

5

9

26/05/40

Détruit par bombardement à Coulommiers

575

10/39

5

1

24/05/40

S/L Colonge parachuté et capturé vers Cambrai

577

07/10/39

5

 

05/10/39

Sgt Laurent accidenté à l’arrivée à Bouillancy – Reversé à l’ARAA

594

22/09/39

6

 

07/10/39

Reversé à l’E.A.A. 301

597

07/10/39

5

6

09/06/40

S/L Cavaroz posé blessé au Plessis-Belleville le 21/05/40

Revient au groupe le 29/05/40 - Reversé à Toulouse

600

10/10/39

5

12

25/11/39

Adt Le Tallec tué accidentellement à Mourmelon

627

10/10/39

6

 

25/05/40

S/L de Rouffignac touché en combat posé vers Montdidier

651

10/10/39

6

2

11/06/40

Reversé à Toulouse

658

10/10/39

6

5

25/04/40

Adt Diaz capote à l’atterrissage vers Vitry le François

665

18/10/39

5

7

11/05/40

Adt Goujon touché posé à Broyes les Pesmes

Accidenté au décollage à Broyes les Pesmes le 19/05/40

671

07/10/39

5

4

15/06/40

Reversé à Toulouse

673

18/10/39

EM

 

26/05/40

Touché par bombardement, à évacuer au 26/05/40. Reste à Coulommiers

674

10/10/39

6

6

12/06/40

Reversé à Toulouse

675

18/10/39

5-EM

13

18/06/40

De la 5ème à l’EM en janvier 1940 - S/c Mertzisen accidenté le 13/06/40

Laissé au Luc le 18/06/40

677

10/10/39

6

 

18/06/40

Laissé au Luc ? - Reversé à l’E.A.A. 301

682

08/10/39

6

 

30/04/40

Laissé à Wez Thuisy moteur grillé - Réparé par GC I/3 - Détruit le 16/05/40

684

10/10/39

6

 

14/05/40

S/C Boymond tué en combat à Prenois

687

08/10/39

EM

 

16/06/40

Reversé à Toulouse

689

10/10/39

6

32

15/06/40

Reversé à Toulouse

700

21/10/39

6

 

15/06/40

Reversé à Toulouse

717

26/10/39

 

 

?

A l’Inspection de la Chasse en mars 1940 - Jamais parvenu au GC III/6 ?

724

30/05/40

6

21

11/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

771

30/05/40

6

26

11/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

790

25/05/40

5

11

15/06/40

Venu de Dijon - Reversé à Toulouse

793

06/12/39

5

15

10/05/40

Sgt Hardouin touché en combat parachuté vers Dijon

796

06/12/39

5

12

10/05/40

S/L Cavaroz touché en combat le 10/05/40 -  Laissé à Chissey le 20/05/40 ?

801

30/05/40

5

8

15/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

803

05/12/39

5

11

21/05/40

Sgt de Gervillier tué en combat vers Cambrai

810

12/39

5

14

30/04/40

Laissé moteur HS à Wez Thuisy - Au Parc de Reims le 06/05/40, perdu pour le groupe

887

29/05/40

5

5

18/06/40

Venu du Bourget - Laissé au Luc

888

26/05/40

5

 

31/05/40

Laissé à Coulommiers

906

24/05/40

5

1

15/06/40

Reversé à Toulouse

920

24/05/40

5

2

09/06/40

Reversé à Toulouse

921

05/40

5

 

31/05/40

Laissé à Coulommiers

925

29/03/40

5

2 (P)

26/05/40

Indisponible depuis le 21/05/40 – A évacuer au 26/05/40 - Resté à Coulommiers ?

929

25/05/40

5

7

09/06/40

Reversé à Toulouse

930

29/03/40

5

1(P)

21/05/40

Cne Sulerzycki  - Détruit à l’atterrissage à Chantilly

933

29/03/40

5

3 (P)

01/06/40

Détruit à Lyon lors d’un bombardement

958

23/03/40

6

 

25/04/40

S/lt Capdeviolle posé sur le ventre vers Vitry le François

963

23/03/40

5

17-5

11/05/40

S/lt Colonge touché en combat, parachuté vers Auxonne

979

08/39

5

 

05/10/39

Accidenté le 02/09/39 à Villacoublay ? - Reversé à l’E.A.A. 301

1023

26/05/40

5

 

03/06/40

Laissé à Lyon en panne de train

1042

30/05/40

6

 

11/06/40

Venu du GC III/2 - Reversé à Toulouse

 

 

 

 

 

GALERIE de DESSINS, IMAGES NUMÉRIQUES et MAQUETTES

 du MORANE SAULNIER MS 406

Merci d’avance aux nouveaux contributeurs…

 

 

Images provenant de différents forums ou sites Internet : lire sur la page d’accueil « Avertissement »

 

 

Morane Saulnier MS 406 - Image numérique Morane Saulnier MS 406 - Image numérique Morane Saulnier 406 - Image numérique

 Morane Saulnier MS 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette Morane Saulnier 406 - Maquette

 

Morane Saulnier MS 406 - Hergé

Collection personnelle F-X. Bibert

 

Morane Saulnier MS 406 - Forces Suisses - Bande dessinée

 

Morane Saulnier MS 406 - GC III/6 - 5ème - Pierre Le GLOAN Morane Saulnier 406 - Forces plonaises Morane Saulnier  406 - Bande déssinée - Francis Bergèse Morane Saulnier 406 - Dessin

 Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin - Forces polonaises

 Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin - GC III/6 - Le Gloan Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 -Dessin - Forces polonaises

 Morane Saulnier 406 - Assiette Morane Saulnier 406 - Dessin

Morane Saulnier 406 - Peinture Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin

 Morane Saulnier 406 - Dessin Morane Saulnier 406 - Dessin - Madagascar Morane Saulnier 406 - Dessin

 Morane Saulnier 406 - Dessin - Forces finlandaises Morane Saulnier 406 - Dessin

  MS 406 - Dessin
 MS 406 - Dessin

MS 406 - Dessin
 MS 406 - Dessin

 

Le MS 406 n°803 « Le Dahut » du Sergent De Gervillier à gauche et le n°597 de l’adjudant Le Gloan à droite - 5ème escadrille du GC III/6

Extrait de la couverture du n°80 de la revue « Avions » consacrée au GC III/6 – Illustration des combats du 11 mai 1940

 

MS 406 - Dessin
 MS 406 - Dessin

 

MS 406

 

Dessin de Marcel JEANJEAN (1893/1973), célèbre illustrateur français de l’aviation, peintre officiel du Département de l’Air en 1933

« Sous les cocardes » (1919) – « Les aventures de Fricasson » (1925/26) - « Parlons d’aviation » (1933) – « Les conquérants du ciel » (1943) etc.

 

Morane Saulnier 406 - Dessin  Morane Saulnier 406 - Dessin

 

 

Morane Saulnier 406 de la campagne de France

Groupe de chasse GC II/6 – La cigogne allongée

Trois huiles sur toile – Lucio Perinotto

 

Voirle site de l’Artiste

 

Morane Saulnier 406 - Tableau - Jean Pierre Condat Morane Saulnier 406 - Tableau - Jean-Pierre Condat Morane Saulnier 406 - Tableau - Jean-Pierre Condat

 

A gauche : MS 406 des Troupes Aériennes Suisses en 1944/1945

Au centre : MS 406 du GC III/3 6ème escadrille en 1940 – Sergent Pierre Gouzi - 2 victoires en collaboration et 1 probable- Toul Ochey mars 1940.

Nota : l’insigne du « Pirate » n’a en fait jamais été peint sur les appareils de cette escadrille

A droite : MS 406 n°289 (N701) du GCII/2 3ème escadrille - Lieutenant Rohan-Chabot - Chartres juillet 1939 (note)

 

 

(note)  Morane Saulnier 406

Tableaux 30X40 de Jean Pierre Condat

Collages avec du canson de couleur. La finition est assurée par du crayon passé au buvard et des marqueurs.

 

Achat de peintures aéronautiques

 

Morane Saulnier 406 - Peinture - Bernard Lengert

 

 

Campagne de France - Morane Saulnier MS 406

Huile 50 X 65 de Bernard Lengert

 

Achat de peintures aéronautiques

 

 

Morane Saulnier 406 3D

Morane-Saulnier MS 406 for Microsoft CFS3. Model by Craig Murray. Textures by Nigel Dickinson

 

 

Morane Saulnier 406 - Profil

 

 

Morane Saulnier 406 - Profils

Deux planches extraites de la revue anglo-saxone “AIRCRAFT PROFILE 135- The MORANE SAULNIER 406 »

 

 

Pour envoyer une nouvelle image

 

 

 

 

Haut de page

Documents réunis et mis en page par François-Xavier BIBERT – 2008/2020